Centres fédéraux pour requérants d’asile : accès à l’enseignement scolaire de base jugé positivement, potentiel d’amélioration concernant la prévention de la violence et la protection des personnes vulnérables

Berne, 18.01.2021 - La Commission nationale de prévention de la torture (CNPT) s’est rendue une nouvelle fois dans des centres fédéraux pour requérants d’asile (CFA) entre 2019 et 2020. Elle publie aujourd’hui les constatations et les recommandations qu’elle a faites à l’occasion de ses visites. La Commission conclut dans son rapport que les requérants d’asile sont en général hébergés dans des conditions conformes aux droits humains et aux droits fondamentaux. Elle juge en particulier positive l’instauration de l’enseignement de base pour les enfants et les jeunes en âge de scolarité et cite en exemple la création, dans un centre, d’une consultation pour les personnes souffrant de dépendances. La Commission estime cependant qu’il existe un potentiel d’amélioration concernant la gestion des conflits, la prévention de la violence et le traitement des plaintes, et rappelle que des progrès doivent être faits s’agissant de l’identification des personnes vulnérables, de l’accès à une prise en charge psychiatrique et, dans certains cas, de l’infrastructure.

Au cours de ses visites, la Commission a constaté que le personnel de sécurité des centres a eu recours à plusieurs reprises à l'immobilisation corporelle, à des gels au poivre et au placement en salle de "réflexion". Plusieurs témoins de ces situations jugent que l'intervention du personnel de sécurité était dans quelques cas disproportionnée. Il a été porté à la connaissance de la Commission que des procédures pénales ont de fait été engagées contre plusieurs collaborateurs à la suite de plaintes de requérants d'asile.

La Commission estime qu'il existe un potentiel d'amélioration considérable en ce qui concerne la prévention de la violence et le traitement des conflits et des griefs de violence. Elle recommande au Secrétariat d'État aux migrations (SEM) de mettre en place une gestion systématique, à bas seuil, des plaintes et de réfléchir à la manière de renforcer l'encadrement afin de réduire les conflits violents. L'introduction prévue d'un plan de prévention de la violence dans tous les hébergements est saluée.

Le SEM doit en outre veiller à ce que les entreprises de sécurité qu'il mandate recrutent des employés expérimentés et qualifiés et leur assurent une formation approfondie aux spécificités du travail dans un CFA. Les entreprises de sécurité doivent en particulier prévoir une formation nettement plus longue et plus poussée de leur personnel.

La Commission cite en exemple la création d'une consultation pour les personnes souffrant de dépendances au CFA de Kreuzlingen. Cette mesure, qualifiée de meilleure pratique, a contribué selon divers intervenants à réduire les tensions dans l'hébergement. Le SEM est encouragé à mettre en œuvre des solutions analogues dans ses autres structures également.

Les rôles des différents intervenants dans les centres et les processus d'identification des personnes vulnérables ne sont pas encore définis avec suffisamment de clarté. La Commission se félicite de ce que le SEM prépare un guide concernant les personnes ayant des besoins particuliers.

Dans les CFA, la prise en charge psychiatrique se limite généralement aux situations aiguës. Compte tenu de la courte durée des séjours dans les centres, un traitement n'est généralement mis en place qu'après l'attribution de la personne à un canton. La Commission recommande au SEM de procéder à un premier bilan de la situation psychique des requérants à leur arrivée, de manière à pouvoir les rediriger, en cas de traumatisme ou de troubles psychiques, vers des services spécialisés si possible déjà pendant leur séjour au centre. La Commission a pris acte de ce que différentes mesures sont prévues pour faciliter l'accès à une prise en charge psychiatrique.

La Commission a visité, de janvier 2019 à juillet 2020, les CFA de Boudry, de Balerna, de Chiasso, de l'Aéroport de Genève, de Kappelen, de Kreuzlingen et de la "Via Motta" (Chiasso), ainsi que l'hébergement de la halle 9 à Oerlikon, géré par la ville de Zurich.
Ces visites se fondent sur les dispositions de la loi fédérale du 20 mars 2009 sur la Commission de prévention de la torture (CNPT), qui prévoit que la CNPT contrôle régulièrement la situation des personnes privées de liberté ou dont la liberté de mouvement est restreinte en application d'une décision des autorités. Le dernier rapport de la Commission sur les conditions dans les hébergements fédéraux pour requérants d'asile date de janvier 2019 (période 2017 - 2018).


Adresse pour l'envoi de questions

Livia Hadorn, responsable du Bureau de la CNPT, T +41 58 465 16 20



Auteur

Commission nationale de prévention de la torture
http://www.nkvf.admin.ch/content/nkvf/fr/home.html

Dernière modification 02.07.2020

Début de la page

S'abonner aux communiqués

https://www.nkvf.admin.ch/content/nkvf/fr/home/publikationen/mm.msg-id-82013.html